La chirurgie maxillo-faciale

Spécialité chirurgicale consacrée à la prise en charge des pathologies de la face et de la bouche, la chirurgie maxillo-faciale et stomatologique comprend des interventions de type chirurgie plastique, chirurgie reconstructrice et chirurgie esthétique sur la face, au niveau de la cavité buccale et des glandes salivaires ainsi que pour tout ce qui concerne les os de la face. La chirurgie maxillo-faciale s’intéresse particulièrement à la chirurgie orthognatique (mauvais positionnements dentaires ou des os du maxillaire…), à la stomatologie (tumeurs et kystes, implantologie…), aux malformations de la face et à la traumatologie faciales chez l’enfant comme chez l’adulte.

Les interventions en chirurgie maxillo-faciale

Les interventions chirurgicales les plus fréquemment réalisées concernent :

  • les malformations congénitales (fente faciale, bec de lièvre, fente labio-maxillo-palatine…),
  • les dysmorphoses ou malformations de la face (prognathie, rétrognathie, assymétrie verticale ou horizontale de la mâchoire, béance antérieure…),
  • les ankyloses, blessures, dysfonctionnements et anomalies de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM),
  • les infections de la face (sinusites maxillaire, cellulite cervico-faciale, infection bactérienne de la pulpe dentaire…),
  • les cancers de la bouche ( plancher de la bouche, langue, amygdales, palais, joues, gencives ou lèvres) et de l’oropharynx,
  • les extractions chirurgicales de dents difficiles d’accès, dont les racines sont très courbées ou qui sont en grande partie détruites par une carie,
  • les ablations de tumeurs bénignes et de kystes maxillaires,
  • la reconstruction de la face par greffes osseuses et lambeaux cutanés ou à réseau vasculaire,
  • les épithèses de type prothèse faciale ou prothèse maxillo-faciale,
  • les pathologies et les lésions de la muqueuse buccale,
  • la chirurgie pré-implantaire (reconstruction de volume osseux de la mâchoire) puis d’une intervention implantaire.

Les interventions en chirurgie implantaire

La technique de pose d’implant dentaire le plus fréquemment utilisée se déroule en trois phases successives :

  • vissage complet de l’implant dans l’os du maxillaire ou de la mandibule avec fermeture de la gencive afin de permettre la cicatrisation (de 3 à 6 mois),
  • vissage du « pilier de cicatrisation » destiné à aménager un espace dans la gencive afin de pouvoir y apposer ultérieurement le prothèse dentaire, cette intervention n’est réalisée que lorsque l’implant est effectivement ostéo-intégré,
  • enlèvement du pilier dit de cicatrisation et fixation de la couronne dentaire ou de la prothèse sur l’implant dentaire.