Nous vous remercions de votre visite sur notre site internet.
Ce site est exclusivement réservé aux professionnels de santé.

Une professionnelle de santé en train de travailler

Je suis un·e professionnel·le de santé

Un patient est au téléphone

Je souhaite accéder au site "patient"

Les Greffes d’Apposition en Chirurgie Pré-implantaire

Banner_Indications_Greffes Apposition Regénération

La perte d’une dent s’accompagne systématiquement de la perte de l’os alvéolaire

Dans ce contexte, la mise en place d’implant nécessite très souvent une étape d’augmentation de volume osseux préalable. Les techniques chirurgicales sont nombreuses et parmi elle, la greffe d’apposition. Quel est son principe, le protocole …

 

 

Le principe de la greffe osseuse d’apposition

Cette technique chirurgicale décrite dans la littérature dans les années XX, consiste à appliquer un greffon osseux auto ou hétérologue au niveau du défaut osseux à restaurer à l’aide de vis d’ostéosynthèse.

 

L’objectif

L’objet de la technique est de redonner un volume de crête osseuse suffisant pour la pose d’implants dentaires, dans le respect des lois Tarnow, par la fixation d’un bloc osseux. Ce dernier peut être d’origine autologue (prélevé sur le patient receveur) ou hétérologue (d’origine étrangère au receveur : humaine, animale ou synthétique).

 

Les avantages

  • Gain osseux important,
  • Gains verticaux et horizontaux possibles.

 

Les limites

  • Os résiduel nécessaire pour fixation du greffon,
  • Temps opératoire allongé par le temps d’adaptation du bloc.

LES FACTEURS DE SUCCES DE LA GREFFES OSSEUSE D'APPOSITION

La réussite d’une greffe osseuse dépend en partie de la technique chirurgicale choisie mais pas uniquement. Dans le cas des greffes d’apposition, on retiendra les points suivants:

 

La préparation du site receveur

Point d’entrée de la cicatrisation de la greffe, le site receveur doit saigner pour que le greffon soit rapidement imbibé de sang. Cette étape peut être réalisée de plusieurs manières, notamment en :

  • Faisant de petits trous à l’aide d’un pointeur,
  • «Caressant» délicatement la surface de l’os avec une fraise boule pour le décorticaliser légèrement,
  • Scarifiant la surface osseuse avec une fraise.

 

Adaptation et la préparation du greffon osseux

La cicatrisation d’une greffe osseuse passe inévitablement par la mise en place d’un réseau de fibrine afin d’assurer une bonne stabilité du greffon. Celle-ci est garante de la mise en place de la néo-vascularisation et de l’intégration du bloc osseux. Les trois étapes essentielles à une bonne préparation sont les suivantes :

  • L’adaptation du greffon au site receveur à l’aide d’une fraise à os. Cette étape peut être supprimée si on utilise un greffon sur mesure réalisé à l’aide des fichiers DICOM du patient,
  • La préparation des puits de vis d’ostéosynthèse,
  • La préparation d’encoches pour les têtes de vis.

 

La fermeture des tissus mous sans tension

Quelle que soit le point, il faut un volume d’os résiduel suffisant pour la fixation du greffon. Attention aux espaces inter-radiculaires pour les vis de fixation.

 

Protocole :

  • Réhydratation du bloc 5 à 10 min (chlorure de sodium 0,9%),
  • Ouverture du site / décollement du lambeau,
  • Adaptation de la plaquette au site receveur (fraise à os rotation rapide avec irrigation),
    • Objectif : contact plaquette/site receveur le plus intime possible,
    • Attention aux angles du greffon,
  • Décorticalisation du site receveur (fraise boule) ou perforation de la corticale (foret) : caillot sanguin,
  • Positionnement du greffon et mise en place des vis d’ostéosynthèse,
  • Découpe du périoste (légers coups bistouri à l’intérieur du lambeau) : élasticité des tissus mous,
  • Suture du lambeau sans tension : attention à l’œdème peropératoire car les tissus mous vont dégonfler.